Loading Events

« All Events

[Vernissage+EXPO+DJ-SET] Exposition “Seconde Chance” par Daniel Bastard aka “dab”

June 5 @ 8:30 pm - June 18 @ 7:00 pm

Dans le cadre de notre projet avec des artistes engagé.e.s sur les problématiques socio-politiques, nous avons le grand plaisir de vous inviter le mercredi 5 juin, 2024 à 20h30, au vernissage de l’exposition “Seconde Chance” par Daniel Bastard aka “dab”. Avant de ce programme il y aura une soirée de poésie par Flowerbed Paris qui commencera à 19h00, et notre programme sera accompagnée d’und DJ par l’artiste Attika.

La programmation:

+ Soirée de poésie par Flowerbed Paris à 19h
+ Vernissage de l’exposition à 20h30
+ Night Party par DJ Attika dès 22h00

À propos de l’expo :

“Ce n’était pas des monstres : ils avaient notre visage.”
Primo Levi

Seconde chance est une réflexion sur la notion de culte de la personnalité, telle qu’elle s’est développée dans les dictatures passées et présentes du monde entier. Entre la propagande et la caricature, Daniel Bastard (aka “dab”) utilise des pochoirs peints à la bombe, typiques des médias de masse, pour confronter le regardeur à des images de personnages historiques responsables des pires crimes de l’histoire. Pour autant, il choisit de travailler sur l’image de ces personnages pendant leur jeunesse, entre l’adolescence et le début de l’âge adulte – avant qu’ils ne soient entrés dans l’histoire comme des “super-méchants”. Daniel leur recrée une autre vie, aux confins de la mignonnerie et du ridicule. Parce qu’après tout, avant de commettre l’irréparable, tout le monde a droit à une Seconde chance.

Les détails en anglais :

“They weren’t monsters, they had our face.”
– Primo Levi

It usually starts with an idea. In this case, Second Chance is a reflection on the notion of “personality cult”, as it has developed in past and current dictatorships around the world. Somewhere between propaganda and caricature, Daniel uses spray-painted stencils, typical of mass media, to confront images of historical figures responsible for the worst crimes in history. However, he works on the image of these figures during their youth, between adolescence and early adulthood — before they made history as “universal villains”. He recreates another life for them, on the edge of cuteness and ridicule. Because, after all, before one commits the irreparable, everybody deserves a “Second Chance”.

Le bio de l’artiste :

Daniel Bastard, “dab” est un artiste plasticien qui exerce à Paris.
Sa découverte de la philosophie, à l’adolescence, l’amène à poser des concepts sur sa fascination primale pour les images, fussent-elles formes, signes ou langage. D’extraction paysanne, il suit un parcours “sérieux” : après Science-Po, il devient journaliste, apprend six langues, s’exile six ans en Chine.

Pour autant, il sent au fond de lui que, comme disait Kundera, “la vie est ailleurs”. Dans l’art, en l’occurrence : dans le secret de sa chambre d’étudiant, il se frotte à toutes sortes de techniques et d’expériences pour affûter son style : dessins sur le motif, modèles vivants, études des maîtres classiques, explorations “à la manière de”…

Après avoir appris la calligraphie chinoise auprès d’un maître à Pékin, il suit les cours du soir des ateliers des Beaux-Arts de Paris. C’est parti : Daniel trempe ses pinceaux dans l’acrylique pour des compositions abstraites, dans l’huile pour des scènes de genre, dans l’encre de Chine pour sublimer des idéogrammes, avant de dégainer son scalpel et peindre des pochoirs à la bombe. Son art mûrit, s’étoffe, se singularise.

Aujourd’hui membre du collectif d’artistes La Condamine, Daniel expose ses œuvres dans divers lieux d’Ile-de-France.

Le bio de l’artiste en anglais :

Daniel Bastard aka “dab” is a Paris-based visual artist and writer.
His discovery of philosophy as a teenager led him to explore his primal fascination with images, be they forms, signs or language. From a peasant background, he followed a ‘serious’, legit career path: he became a journalist, learned six foreign languages and spent six years in China.

Yet deep down he felt that, as Milan Kundera put it, ‘Life is elsewhere’. In the secrecy of his student room, he experimented with all kinds of techniques to hone his style: drawings from the motif, live models, studies of the classical masters, explorations ‘in the manner of’…

After learning Chinese calligraphy from a master in Beijing, he took evening classes at the Beaux-Arts studios in Paris. And off he went: Daniel dipped his brushes in acrylic for abstract compositions, in oil for genre scenes, in Indian ink to sublimate ideograms, before unsheathing his scalpel for spray-painting stencils.

Now a member of La Condamine artists’ collective, Daniel Bastard exhibits his work in various venues in the Paris region.

Daniel Bastard sur les médias sociaux :

Site web: www.danielbastard.com
Instagram: @daniel_bastard
X (Twitter): @danbast
Facebook: facebook.com/daniel.bastard/
Tiktok: @dani_bastard
Linkedin: Daniel Bastard

Attika sur Instagram :
@3headedmamba/

Details

Start:
June 5 @ 8:30 pm
End:
June 18 @ 7:00 pm

Venue

The Dissident Club
58 Rue Richer Paris, 75009 France
Paris, France
+ Google Map